Wargame napoleonic 15mm
 
AccueilFAQS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 La soupe du soir

Aller en bas 
AuteurMessage
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8774
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: La soupe du soir   Mar 29 Déc - 14:48




La soupe du soldat

L'eau que l'on met dans la marmite doit se mesurer à raison d'un litre (une pinte) pour chaque
quart de kilogramme de viande plongé dans la marmite. On la fait ensuite bouillir à grand feu pour l'écumer promptement.
Puis on modère l'ébullition et on met huit grammes de sel par litre d'eau.
On y ajoute les légumes de la saison, une ou deux heures avant que de retirer la viande.
Quand elle a bouilli cinq ou six heures, et que le bouillon est réduit d'un cinquième,
on trempe le pain, enfin le biscuit, laissant la marmite sur le feu, afin que le
bouillon ne perde pas de sa chaleur.

Bon appétit pour le réveillon
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
stonewall jackson
Trompette
avatar

Nombre de messages : 49
Age : 50
Date d'inscription : 11/03/2016

MessageSujet: Re: La soupe du soir   Lun 28 Mar - 16:47

et quand on manque de sel, on met de la poudre noire.... j'ai testé, c'est pas mauvais... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8774
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: La soupe du soir   Lun 28 Mar - 17:24



Vrai pour la poudre, mais a petite dose...
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8774
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: La soupe du soir   Lun 25 Avr - 16:35



la loi du 6 janvier 1814 sur le commerce du pain dans la ville de Nîmes

Quelques articles, au hasard, qui ne manque pas de piquant sur la profession de boulanger.



Article 8 Aucun boulanger ne pourra quitter sa profession que six mois après déclaration auprès de la mairie

Article 9 Nul boulanger ne pourra restreindre le nombre de ses fournées sans autorisation du maire.

Article 10 Tout boulanger sera tenu de peser le pain, s'il en est requis par l'acheteur : il devra, à cet effet, avoir , dans le lieu le plus plus apparent de sa boutique, des balances et un
assortiment de poids métriques, dûment poinçonnés.  


Article 11 Tout boulanger qui quittera sa profession sans y être autorisé par le maire , ou qui sera définitivement interdit, perdra son approvisionnement de réserve, qui sera vendu à la halle, à la diligence du maire; et le produit en sera, versé à la caisse des hospices.

Dans le cas où le boulanger aurait fait disparaitre son approvisionnement de réserve, et où l'interdiction absolue aurait été, prononcée par le maire, il gardera prison jusqu'à ce qu'il l'ait représenté ou qu'il en ait versé la valeur à la caisse des hospices.

Bon là....la loi ne règle pas, les 5 semaines de Vacances du boulanger Laughing Laughing

Mes bulletins de loi N° 552

Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8774
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: La soupe du soir   Mer 1 Juin - 15:57



La suite d'une des choses les plus importante pour l'armée....

LA NOURRITURE

Pour nos soldats en Italie
Le prix des denrées varie d'une région à une autre. Si en Romanie, à Legnago, à Gaëte où en Calabre « les
vivres ne sont pas trop bon marché », à Rome ou à Parme, « les vivres ne sont pas chers, Dieu merci ».

Pour les militaires français résident en Italie, les deux sujets préoccupation culinaires sont les prix du pain et du vin.
Si le pain se révèle, pour la bourse du soldat, toujours cher, le prix du vin fluctue en fonction des villes,
ainsi à Alexandrie le vin est plus cher qu'à Turin.  
Ce vin est vendu aux soldats en pot ou en bouteille.

Pour nos soldats en Italie, cette cherté des prix est lié au brigandage, seule explication visible à leurs yeux dans ce pays de cocagne où « la récolte est très bonne ... la vigne est bonne ... aussi bien que le riz ».

A Turin le prix du pot de vin est de 18 sols, pour 16 sols à Legnago et 18 sous à Novare. La bouteille
est vendue 10 sous à Rome pour 4 sous à Legnago.

Le prix du pain est beaucoup moins fluctuant et ne varie qu'entre 3 à 8 sols le pain.

De cette cherté des vivres et l'insuffisance du pain de munition, qui entraîne des carences alimentaires qui peuvent dans quelques cas se révéler fatales, les militaires français se trouvent dans la presque obligation de s'adapter aux mets locaux italien.



Si l'abondance de légumes et de fruits, myrtes, grenadiers, orangers, citronniers et oliviers n'est pas pour leur déplaire, la découverte et l'accoutumance à la polenta est plus lente et difficile.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
JaggeR
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Nombre de messages : 6137
Age : 45
Lancier de Picardie : depuis 1995. . .
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: La soupe du soir   Mer 1 Juin - 16:00

la récolte est très bonne ... la vigne est bonne ... aussi bien que le riz

et bien la vie est belle en Italie...et en plus il y a les italiennes...

_________________
L"Esprit est comme un parachute ! Si il reste fermé on s'écrase...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.avimaproduction.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La soupe du soir   

Revenir en haut Aller en bas
 
La soupe du soir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère. Politiquement vôtre.
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lanciers de Picardie :: Equipement et vie sous le 1er empire :: Vie quotidienne-
Sauter vers: