AccueilFAQS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 1812

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 7952
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: 1812   Lun 26 Juin - 17:47



L'ARMÉE DES 20 NATIONS

Tous ceux qui assistèrent au passage du Niémen par la Grande Armée, qui s'effectua en plusieurs jours à
la fin de juin 1812, furent vivement impressionnés par le spectacle de cette marée immense.

Au total, ce sont quelque 440000 hommes qui pénètrent par différents points dans la Lituanie russe pour ce que Napoléon présente comme une « seconde campagne de Pologne », destinée à terminer le travail laissé inachevé en 1807.

Il s'agit de vider une bonne fois la querelle avec le tsar Alexandre et, à travers lui, d'en finir avec l'irréductible adversaire anglais, en le privant de tout espoir d'alliance continentale.

On prendra bientôt l'habitude de parler à son sujet de « l'armée des vingt nations ».

Dix nations de l'Allemagne joignent leurs meilleurs soldats à l'élite des guerriers français;
d'autres venus des rives du Tage, des bords du Tibre et de l'Adige, grossissent encore cette grande armée,
se rangent avec orgueil sous nos drapeaux victorieux.



A suivre dans une heure......ou deux ?
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 7952
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: 1812   Lun 26 Juin - 19:03



Les chiffres des effectifs restent approximatifs et varient selon que l'on considère les états des troupes
à telle ou telle date, selon que l'on inclut toutes les réserves ou seulement celles qui ont été engagées.


Les historiens admettent en général qu'il faut ajouter plus de cent mille hommes (renforts, corps de
réserve) aux 440000 entrés en Russie en juin 1812, pour prendre la mesure de l'ensemble des effectifs
ayant pris effectivement part à la campagne.

Cela représente quelque 550000 hommes, sans les réserves demeurées très en arrière.
 

Ci-dessus.... A gauche le polonais et à droite le prussien

Sur ce total, il y avait environ une moitié d'étrangers.
Les « étrangers », en 1812, ce sont les soldats fournis par les alliés de l'empire: Suisses, Allemands
de la Confédération du Rhin, de Prusse et d'Autriche, Italiens du royaume d'Italie, Napolitains, Espagnols
et Portugais, ainsi que les Croates qui relèvent d'un statut particulier.

Encore faut-il préciser que ce compte n'inclut pas tous ceux que l'on appellerait aujourd'hui Belges,
Hollandais, Italiens ou Allemands, et qui sont comptabilisés alors comme Français, puisque l'Empire des
130 départements comprend Anvers, Amsterdam, la Rhénanie, les villes hanséatiques, le Piémont et
Rome.



On pourrait citer encore les Danois, qui gardent les côtes à l'arrière du front.

Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
chosen1
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Nombre de messages : 6692
Age : 29
Lancier de Picardie : Oise
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: 1812   Lun 26 Juin - 22:15

Ah oui ça fait du monde.

Et avec nos amis ottoman c'était comment ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lanciersdepicardie.com/
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 7952
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: 1812   Mer 28 Juin - 18:19



OUI chosen beaucoup de monde !!! et il va falloir les nourrir !

bon je continu
L'emploi des troupes alliées

En dehors de cas particuliers, Napoléon peut disposer des troupes étrangères comme il l'entend.

A la base, et en principe jusqu'à l'échelon du régiment, les hommes restent groupés autour des officiers
qu'ils connaissent, avec des camarades de leur région d'origine.

Ensuite, cela dépend de la taille des contingents. Les plus fournis constituent des corps d'armée à eux seuls, l'empereur plaçant tout de même, le plus  souvent, un général français à leur tête : ainsi les Polonais (5e corps, Poniatowski), Bavarois (6e corps Gouvion Saint-Cyr), Saxons (7e corps, Reynier)
Westphaliens (8e corps, Jérôme puis Junot).

Certain contingents un peu moins nombreux constituent l'ossature d'un corps d'armée, Napoléon se bornant  à leur adjoindre le complément nécessaire: le 10éme corps (Macdonald) ne comprend qu'une division française en plus des 20 000 Prussiens du général Yorck, tandis que le 4e corps (Eugène) est à moitié italien, et que  le 3e corps (Ney) se compose pour une bonne part de soldats wurtembergeois.
Soldat de l'infanterie légère
Derrière cette répartition, fonctionnelle, on devine le souci d'exercer un contrôle, mais aussi d'obtenir un certain amalgame.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
TONTON FLINGUEUR
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1443
Age : 46
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: 1812   Mer 28 Juin - 18:48

Bel exposé GM, ah l'armée de 1812 elle avait de l'allure, dommage que le général hiver soit venu la détruire. Les russes savent utiliser les saisons et la météo pour vaincre leurs ennemis, l'empereur n'est pas le seul à s'y être briser les dents
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 7952
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: 1812   Lun 3 Juil - 17:34



Merci TONTON du compliment.

La grande armée en Russie

D'une manière générale, les troupes étrangères allaient bien se comporter au cours de la guerre, et subir
les mêmes pertes que les Français.

Cavalerie Saxonne

Au début de la campagne, Napoléon les place plutôt à la périphérie de son dispositif, Prussiens et Autrichiens aux marges, Allemands de la Confédération, Italiens et Polonais formant les deux armées latérales confiées à Eugène d'un côté, à Jérôme de l'autre, tandis que la masse centrale, sous son commandement direct, est presque entièrement française.

Il reste que, l'heure de la défaite venue, les alliés de la veille, Autrichiens et Prussiens, feront défection comme il était prévisible, avant de retourner leurs armes, restées presque intactes, contre les Français.

En l'absence d'intérêt commun, on ne pouvait compter sur leur collaboration durable. Les autres souverains
alliés attendront plus d'un an avant de prendre le même chemin sous la pression des grandes puissances.

Unités Saxonnes

Quant aux survivants de cette terrible aventure, ils n'auront pas de haine, mais garderont plutôt le souvenir idéalisé des exploits communs et des souffrances partagées avec leurs camarades français et européens.

Tiré du magazine "sabretache n°194"
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1812   

Revenir en haut Aller en bas
 
1812
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La campagne de russie 1812
» 2012-07-21 Smolensk septembre 1812
» Le Goupil 1812 - Réglement Bardin
» Infanterie de ligne 1804 1812
» Les unités de la Garde Imperiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lanciers de Picardie :: Equipement et vie sous le 1er empire :: Vie quotidienne-
Sauter vers: