Wargame napoleonic 15mm
 
AccueilFAQS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anecdotes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Lun 23 Juil - 20:57

Et bien merci pour ce partage je découvre cette anecdote, il semble que l'empereur était un piètre cavalier  Pense 
Le dessin  est vraiment chouette.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tinapo
Sergent Major
Sergent Major
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 14
Lancier de Picardie : 2017
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 24 Juil - 7:39

Bonjour les lanciers,

Merci Lannes pour ce partage .
Revenir en haut Aller en bas
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8945
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 24 Juil - 8:43


j'ai fais une petite rubrique sur la façon de monter de l'Empereur.....Ne pas oublier que Napoléon était avant tout un artilleur et non un cavalier.

napoleon a cheval napoleon a cheval
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 24 Juil - 9:36

C'est vrai GM, mais il aurait pu être artilleur à cheval 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 24 Juil - 18:10

L'anecdote du jour......

Le 23 avril 1809 lors de l'assaut de Ratisbonne, vers 18 heures, l’artillerie française ouvre une brèche dans les remparts, en bombardant une maison adossée à ceux-ci.
Afin de franchir le fossé Lannes fait venir des échelles et demande des volontaires pour cet exercice périlleux. Des grenadiers du 85e de ligne sont les premiers à se présenter. Ils sont atteints par les tirs des défenseurs. Une deuxième vague subit le même sort. Une troisième tentative se heurte à l’hésitation des grenadiers. Lannes se présente alors, en criant : ''Je vais vous montrer qu'avant d'être maréchal, j'étais grenadier et que je le suis toujours !'' tout en se saisissant d’une échelle pour la mettre en position. 
La Bédoyère et Marbot s’interposent, et les grenadiers, subjugués, se lancent une nouvelle fois à l’assaut. Les deux aides de camp vont être les premiers à passer par la brèche enfin conquise. Les Autrichiens cessent alors le feu et se retirent. Le 85e, emmené par Lannes en personne, se dirige sur la Peterstor, en ouvre les portes de la ville.



Lannes.
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 24 Juil - 19:11

Superbe cette anecdote mettant en scène un des meilleurs maréchaux de l'empire.avec en plus le tableau qui correspond. Il est trop fort le bibliothèque du forum  super gagnant
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 16:40

Comme quoi on peut être très bon artilleur, mauvais cavalier et piètre chasseur.....

Lorsque Napoléon chassait, c'était pour faire de l'exercice, il considérait la chasse comme un plaisir de roi, comme une règle d'hygiène. Il galopait, ses veneurs se chargeaient de suivre la bête. La seul chose qui l'amusait, c'était de se trouver à l'hallali. 
Un jour à Fontainebleau, le cerf faisait tête aux chiens, et quelques piqueurs se trouvaient là; ni l'Empereur ni ses grands officiers n'avaient pu suivre. Déjà plusieurs chiens étaient mis hors-de-combat par le cerf, et les piqueurs étaient fort embarrassés. S'ils tuent la bête, l'Empereur ne sera peut-être pas content; s'ils laissent périr les chiens, on les traitera d'imbéciles.
-Avez-vous vu l'Empereur ? ou est l'Empereur ?
-Il est parti, dit l'un; je l'ai vu galopant vers Fontainebleau
Le plus ancien piqueur se décide et tue le cerf. A peine le pauvre animal mort, qu'au bout d'une allée on voit arriver une troupe de cavaliers. 
-Ah! mon dieu, nous sommes perdus, voila l'Empereur !
-Bah! dit Renard, il n'y connaîtra rien; s'il en sait plus que moi sur certaines choses, ici je pourrais lui en montrer.
Aussitôt il coupe dans le bois deux petites fourchettes, il les plantes en terre et pose le cerf en lui donnant apparence de vie. Les chiens entourent la bête en criant, et Napoléon paraît.
Il descend de cheval, prend sa carabine et tue...le meilleurs chien de la meute !
-Sire, le cerf est mort !
-A qui le dites-vous ? dit l'Empereur en remontant à cheval



Lannes
Revenir en haut Aller en bas
Baron von Lützow
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 3742
Age : 48
Lancier de Picardie : Aisne - joueur Prusse ,Bavière, suède ,confédération du Rhin version 1813...du bon côté!!!Je dois rajouter Autriche et l'armée Anglo-Néerlandaise 1815.
Date d'inscription : 20/08/2011

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 19:49

C'est pour cela que j'ai arrêté de manger du lapin ....

Et pourtant j'ai perdu face à notre TONTON..

Je vais stopper aussi le poulet alors.. lol!
Revenir en haut Aller en bas
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 20:01

Cher Baron,

Dans ce cas on écrit pouLLet, avec 2 ailes.......

Cela me rappelle une autre anecdote.........

Vollant était un commissaires des guerre,  au moment d'être présenté à l'Empereur, quelqu'un prononce son nom. Napoléon répète d'un air étonné et, d'une voix interrogative:
-Volant ?
-Oui, Sire, mais avec deux L.
-Deux ailes, c'est donc pour mieux voler ?
-Où le service de Votre Majesté m'appellera, Sire.



Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 20:13

Elles sont vraiment très biens ces deux histoires complètement inconnues pour moi. Effectivement l'empereur était un piètre chasseur.  super gagnant
Moi non plus je ne mange plus de poulet qu'il ait une aile ou deux sinon j'ai l'impression de manger en tête à tête 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8945
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 20:21

 


"En tête à tête"
 pas compris tout de suite bounce  mais ensuite OUI Very Happy

De très bonnes anecdotes et certaine inconnu....

J'adore encore lannes bravossimo
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mer 25 Juil - 20:48

Une petite dernière pour ce soir....

Dominique Vivant Denon participa à l'expédition d'Egypte avant d'être nommé directeur du Louvre. C'est en effet lors de la campagne d'Égypte, entre 1798 et 1799, qu'il s'adonne, à cheval, à son passe-temps préféré : le croquis de voyage, le lavis à l'encre brune sur papier blanc ou bleu, le dessin au trait à la plume à la pierre noire ou à la sanguine sur papier calque ou sur papier légèrement orangé.
Il ne cesse de se consacrer à l'eau-forte, à la lithographie et au relevé archéologique.



Pendant la campagne d’Egypte - Denon sera en effet exposé au feu, et aura maintes fois l'occasion de montrer sinon du courage, du moins une certaine désinvolture face au danger, comme en témoigne cette anecdote rapportée par Pastouret :

"Denon aperçoit des ruines dont il veut absolument conserver un croquis. Il se fait mettre à terre, court dans la plaine, s'établit sur le sable et se met à dessiner en hâte. Il n'avait pas tout à fait terminé son ouvrage quand un petit sifflement sec, tranchant, résonne et passe entre son papier et son visage. C'était une balle. Il relève la tête, voit un Arabe qui venait de le manquer et qui rechargeait son arme ; il saisit son propre fusil, déposé par terre, envoie à l'Arabe une balle dans la poitrine, puis il replie son portefeuille et regagne la barque. Le soir, il montre son dessin. "Votre ligne d'horizon n'est pas droite", lui dit Desaix. "Ah répond-il, c'est la faute de cet Arabe, il a tiré trop tôt."

Napoléon soutiendra Vivant Denon qui sera nommé Directeur du Louvre. 

"Napoléon respecte Denon, et aussi pour son courage physique. Durant une bataille, exposé au feu, un boulet tombe, projette de la terre sur le papier de ce bizarre dessinateur à cheval ? "Tiens, j'étais sûr de vous trouver où il y avait du fracas", dit l'Empereur. Il lui donnera la Légion d'Honneur et le nommera Baron, à titre, militaire, également."


Napoléon Ier visitant l'escalier du Louvre" accompagné de Dominique vivant Denon

Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Jeu 26 Juil - 11:27

Là encore une petite histoire croustillantte qui en plus d être intéressante on s imagine allègrement sous le soleil d Egypte vu la température extérieure  biere
Merci Lannes pour ce partage avec de belles images  super gagnant
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tinapo
Sergent Major
Sergent Major
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 14
Lancier de Picardie : 2017
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Anecdotes   Jeu 26 Juil - 12:31

Bonjour les lanciers,

Super anecdotes Lannes bravossimo il fait chaud aujourd’hui 37°
Revenir en haut Aller en bas
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Jeu 26 Juil - 20:06

Toutes les anecdotes ne sont pas savoureuses, mais parfois présentent l'état d'esprit des ennemis au lendemain d'une bataille.

Les soldats étais avant tout humain, c'est ce que les deux anecdotes suivantes nous rappeler, elles se sont produites la nuit du 18 juin 1815.

Un sous-officier de cavalerie anglaise a trouvé refuge au milieu d'un groupe de blessés français, qui l'ont bien accueillit. l'Anglais, percé de part en part au niveau de la hanche par un coup de baïonnette, ne peux ni rester assis, ni se mouvoir. Des Grenadiers de la Garde, guère mieux lotis que lui, lui ont donné à boire et l'ont soigné du mieux qu'ils ont pu. Lorsque les infirmiers anglais sont arrivés, ils ont pris le sous-officier, qui refusa si l'on emmenait pas ceux qui lui avait permis de survivre durant la nuit, mais malheureusement, le sous-officier fut le seul emporté.

Un soldat grièvement atteint raconte que les blessés français, anglais, belges, hollandais, brunswickois, hanovriens, entassés pelle-mêle là où ils étaient tombés en s'affrontant, s'étaient regroupés, sans souci de leurs nationalités respectives, pour se réconforter. Parmi ces hommes brisés, seuls surnageaient, assis, les moins mutilés. Quant aux autres, ceux à qui il restait une bribe de force, ils avaient rampé jusqu'à un ruisselet proche, puissant de l'eau rougeâtre dans des casques ou des shakos, et l'avaient portée à leurs compagnons d'infortune. Et, à genoux, parce qu'ils ne pouvaient plus marcher, ils étaient allés des uns aux autres pour leur distribuer l'horrible breuvage.




Pour exemple ce témoignage sur le lendemain de Waterloo, qui montre l'ampleur de la folie humaine.......

Lundi matin, 19 juin, je me rendis prestement au champ de bataille. Je fus obligé de traverser la
Forêt de Soignes car la route était si encombrée qu’elle était devenue impraticable ; Je n’eus pas
à aller bien loin avant de rencontrer le corps d’un premier Français étendu mort, le visage enfoui
dans les herbes. Le cadavre était si affreusement défiguré, et si enduit de boue et de sang, que
je sentis l’horreur me glacer ; mais quand, après m’être avancé plus loin, je vis des centaines, et
en moins d’une heure, des milliers de corps massacrés, ma pitié pour les individus se dilua dans
la masse et, plus j’en voyais, moins je m’apitoyais, tant il est vrai que l’habitude réconcilie avec
tout.

La mort ne requiert aucune aide ; mais les milliers de blessés, incapables de se soigner euxmêmes,
étaient dans le plus grand des besoins ; leurs traits, enflés par le soleil et la pluie,
paraissaient livides et bouffis. Un pauvre hère était affligé d’une horrible blessure à travers sa
lèvre inférieure qui bâillait largement et montrait ses dents et ses gencives, comme si une
seconde bouche artificielle avait été ouverte sous la première. Un autre, complètement aveugle
d’une entaille à travers les yeux, se tenait droit, en haletant et murmurant, « De l’eau ! De l’eau !
» L’anxiété pour l’eau était en effet la plus poignante. « Vasser ! Vasser ! », « De l’eau ! De
l’eau ! », ces expressions, en allemand et en français, résonnent encore dans mes oreilles
. On ne m’enlèvera pas de l’idée que des centaines de soldats moururent de soif, sans aucun
espoir d’être secourus, car même la personne la mieux intentionnée et la plus humaine était 
effrayée et redoutait de s’approcher de cette scène sanglante, par peur d’être réquisitionnée
pour enterrer les morts, presque tous ceux qui traînaient à proximité étant contraints de se
livrer à ce pénible et dégoûtant travail.

Cet enterrement en masse était réellement horrible : de larges trous carrés étaient creusés sur
environ six pieds de profondeurs (environ 1,8 mètres), et trente à quarante jeunes gens,
dénudés jusqu’à la peau, étaient jetés dans chaque trou, pelle mêle, puis recouverts si
négligemment que parfois une main ou un pied sortait à travers la terre. Un de ces trous était en
cours de préparation lorsque je passai et les auxiliaires de l’armée dévêtaient les corps avant de
les y jeter tandis que quelques Juifs russes les aidaient à dépouiller les morts en arrachant leurs
dents avec la plus brutale indifférence. Le tintement des marteaux de ces misérables cognait
horriblement dans mes oreilles, où il se mélangeait occasionnellement aux coups de pistolet qui
semblaient par intervalles leur faire écho de différents coins du champ de bataille. Il m’était
impossible de deviner la signification de ces coups de feu jusqu’à ce que je fusse informé qu’ils
venaient des Belges qui tuaient les chevaux blessés. Des centaines de ces fines créatures
galopaient en effet à travers la plaine, ruant et plongeant, apparemment fous de douleur, tandis
que les pauvres blessés à terre, les voyant venir sur eux sans pouvoir s’écarter de leur chemin,
poussaient des cris perçant d’agonie en s’efforçant de se recroqueviller le plus possible afin
d’échapper à leurs sabots, mais en vain.

Bientôt, je vis un immense cheval (un des Scoth Greys) fouler un colonel de la Garde
impériale qui avait eu une jambe cassée ; le cheval était horriblement blessé et un morceau de
lance brisée pendait encore d’une de ses blessures. Il se ruait en reniflant et en plongeant après
le Français et je n’oublierai jamais le cri perçant que ce dernier poussa à son approche. Je me
précipitai spontanément mais, lorsque j’atteignis l’homme, il était mort ; je ne pense pas que le
cheval l’avait touché, mais la terreur avait été trop forte pour sa constitution épuisée.



La guerre n'est pas toujours très belle....... 

Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 27 Juil - 11:18

Effectivement ces textes décrivent très bien les horreurs de la guerre, les tableaux sont également très explicites.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 27 Juil - 19:38

Revenons à des choses moins grave.....

À la bataille de Bussaco, sous le feu des Anglais, le 69e de ligne et le 6e léger marchaient contre eux dans une course pour savoir qui arriverait le premier. Alors que les Anglais commencèrent à tirer sur eux, et malgré les pertes, des voltigeurs, criaient aux Anglais :
 '' Hé les Goddems, attendez-nous un instant pour le déjeuner à la fourchette ! '' 



Et n'oubliez pas que le déjeuner à la fourchette, c'est une bonne vieille attaque à la baïonnette.

Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 27 Juil - 19:55

Un déjeuner à la fourchette, une expression que je découvre c'est une bonne phrase à placer lorsque je perce le flanc des troupes de son altesse  lol!

Mais alors y a t'il eu corps à corps ou comme cela arrivait le plus souvent l'un des adversaires flanchait  Pense
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 27 Juil - 20:28

Malheureusement pas ce jour là mon cher Tonton,

Après cette tirade, voilà ce que l'on trouve dans le carnet de campagnes du capitaine Marcel:
"Mais, chose inconcevable, nous nous aperçûmes à ce moment que la brigade n'était pas soutenue; je vis de suite que l'affaire était manquée : à notre droite la division Simon du 8e corps, déjà parvenue au sommet de la montagne et également non soutenue, redescendait les pentes sous un feu terrible d'artillerie et devant l'attaque d'une colonne anglaise quatre fois supérieure"
Ce qui ce passa ensuite:
Le 6e Léger, qui se trouve en tête de la Division, écrasé par le feu terrible de l'ennemi, est obligé d'arrêter sa marche et de se reformer dans un bois situé sur sa droite.
Le 69e suit, il déploie ses trois Bataillons à découvert devant les ennemis dont il ne voit que les coiffures. Le premier Bataillon parvient à s'emparer d'un rocher derrière lequel il peut s'abriter. Les Ecossais cherchent à l'en chasser, mais sont repoussés par les 2e et 3e Bataillons avec de grandes pertes. Ces deux Bataillons, près desquels se trouve le Colonel Fririon, restent à mi-pentes, au plus fort du danger, de sept heures du matin à trois heures de l'après-midi, sans pouvoir riposter utilement au feu de l'adversaire. Les escarpements sont tels que les blessés roulent jusqu'au bas de la montagne.

Lannes....
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 27 Juil - 20:42

Merci Lannes pour l'épilogue de cette anecdote. La ligne anglaise et son feu dévastateur n'est pas une légende.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 29 Juil - 5:54

Anecdote de ce dimanche 29 juillet 2018:

Napoléon passe un régiment en revue et veut coincer un homme dont il sait que sa blessure à la joue a été provoquée en duel et qu'il veut punir : question identique à tous ses voisins : "où as-tu été blessé" réponses diverses : à Iéna, à Wagram etc... et à la même question, le "coupable" avait répondu : "là" (montrant sa joue) . 

Napoléon a pardonné à cause de ce trait d'esprit



Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 29 Juil - 6:12

Effectivement il ne manque pas d esprit ce soldat, l empereur avait de l humour en plus. 
L image est très représentative c est une publicité non  Pense
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 29 Juil - 12:42

C'est bien une pub LIEBIG, avant de faire de la soupe qui fait grandir les petits, il fabriquait des extraits de viande, ancêtre de nos fameux bouillon cube ou du non moins célèbre VIANDOX.

Lannes
Revenir en haut Aller en bas
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8945
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 3 Aoû - 14:08



TONTON j'ai retrouvé l'histoire de Lasalle comparable à celle de Lepic
Celle ou la troupe reste immobile derrière son chef et devant les tirs au boulet de l'ennemi.

Le jour du combat de Golymin la brigade Lasalle forme l'extrême gauche et a pour mission de charger l'artillerie russe. A peine la charge est-elle engagée de vingt pas que le cri de Halte se propage sur toute la ligne ;
"nul ne saura qui l'a prononcé".
Le 5e et le 7e hussards font demi-tour ; ils ne sont ralliés qu'après quelques minutes; Lasalle se retourne et ne comprend pas; seule de toute la brigade, la compagnie d'élite du 7e hussards, placée immédiatement derrière le général, est restée ferme à son poste.

Le reste de la cavalerie française charge pendant ce temps les Russes, lui fait de nombreux prisonniers et deux étendards. Dès que la brigade est à nouveau ralliée, le général Lasalle envoie chercher la compagnie d'élite du 7e, qui est restée seule sur le terrain, abandonnée par les autres cavaliers. Lasalle, furieux, fait alors placer ses cavaliers face aux Russes en ligne de bataille, pendant quatre heures, avec interdiction de bouger, et ce jusqu'à la nuit...

Mais le général montre l'exemple, il est à cheval, vingt pas en avant, devant ses troupes et a son cheval tué sous lui.
Un brigadier de la compagnie d'élite saute à terre, amène son cheval et veut le desseller afin de placer sur son dos la belle
selle à tapis cramoisi et aux passementeries d'or, Lasalle l'en empêche :
----Merci! Heisser dit-il .
Dix cavaliers du régiment sont tués. Une seconde fois le cheval du général s'écroule; toujours aussi calme, il enfourche la jument grise d'un trompette.

Le lendemain les hussards se vengent en poursuivant les Russes dans les chemins défoncés. L'Infernale a expié.


Match nul entre nous Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 3 Aoû - 14:39

Non pas de match nul tu avais raison, en tout cas fallait avoir du cran 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 3 Aoû - 19:28

Je poursuis ma route des anecdotes, notre G.M ayant eu l'amabilité de nous conter une des plus célèbre, celle du Général Lasalle.....

À Champaubert, avant le signal de l'attaque, on dispose les Marie-Louises du 113ème de ligne. 
Marmont parcourt les peloton de tirailleurs en répétant les ordres. Un soldat s'adresse à lui et lui dit : 
'' Oh ! Je tirerais bien mon coup de fusil, seulement je voudrais bien avoir quelqu'un pour le charger.'' 
Et aussi pendant que Marmont parcourt les rangs du 113ème, il demande a un Marie-Louise : 
'' Qui commande ici, Y a-t-il un officier ? '' 
le soldat lui répond que non .
'' Un sous-officier ?'' demande le maréchal, le Marie-Louise lui dit :'' Non, mais nous sommes bon.''



Lannes
Revenir en haut Aller en bas
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Ven 3 Aoû - 19:35

Une petite deuxième pour commencer ce long week-end ensoleillé....

Le capitaine Dobieski, du 1er régiment de chevau-légers lanciers de la Garde, nous a laissé un souvenir de sa rencontre avec l’Empereur : 
« Pendant que je les escortais [les prisonniers] l'Empereur me fait dire par le général Guyot qu'il me donnait la croix de chevalier de la Légion d'honneur. Je montrai au général que je portais déjà celle d'officier ; il reprit : Allez parler à l'Empereur ! Je m'approchai en effet de l'Empereur. Après que j'eus répété plusieurs fois de suite : Sire ! il se retourna et demanda : 
- Que me voulez-vous ? 
- Sire je suis le capitaine qui a fait prisonnier un bataillon prussien. 
- Eh bien! je vous donne la croix. 
- Sire j'ai déjà la croix d'officier. 
- Votre grade ? 
- Sire je suis capitaine.
- Eh bien je vous nomme chef d'escadron. 
- Je fus tellement saisi que je restai pétrifié sur la place et que le général du me tirer de côté pour me forcer à m'écarter. »

Lannes
Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Sam 4 Aoû - 10:51

Les marie-louises avaient le moral gonflé à bloc .
Notre capitaine du 1er chevau-leger de la garde semble avoir été impressionné par l empereur. Merci Lannes pour ces anecdotes 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Lun 6 Aoû - 16:41

Les anecdotes, c'est comme les russes cela s'épuise, et cela m'épuise......
Une dernière pour clôturer le sujet...... Faute de combattant (enfin toujours les mêmes).....

Le baron de Bourgoing écrit dans ses Souvenirs militaires que : 
« A la bataille de Montmirail se trouvait le régiment des flanqueurs de la Garde, commandé par le colonel Rouillard de Beauval. Ce brave officier eut l'avant-bras fracassé par un coup de mitraille. Pendant qu'on l'emportait du champ de bataille, il passa tout près de l’Empereur qui, d'un point élevé du chemin, contemplait avec bonheur les succès de ses troupes. Notre beau colonel porté sur un brancard se redressa fièrement, soutint de sa main gauche encore valide, son bras droit sanglant et déchiré, l'éleva au-dessus de sa tête en s'écriant :
"Vive l'Empereur !"
Napoléon ne lui répondit que par ces mots : 
"Merci, baron".

Ce titre lui fut conféré peu après. Arrivé à l'ambulance, le colonel des flanqueurs dut entendre de la bouche du chirurgien l'arrêt suivant : 
-Ce bras doit être coupé. 
-Quoi, sans rémission ?  
- Oui, mon colonel, la nature de votre blessure est tellement grave que, sans un miracle et sans les soins les plus assidus qu'on ne peut espérer dans nos ambulances encombrées, vos jours seraient en danger. 
- S'il ne faut que des soins assidus, j'espère ce miracle  repartit le colonel, je suis en droit de l'attendre et veux en courir la chance. 
Il s'était, en effet, marié depuis quelques mois et plaçait toute confiance dans le dévouement conjugal. Les chirurgiens très inquiets posèrent leur appareil, dont ils n'espéraient rien de bon ; mais la confiance du blessé fut justifiée. Sa jeune épouse, bravant les dangers de la guerre, vint au-devant de lui. Il fut transporté en lieu sûr, si bien soigné que cette main vaillante fut conservée au pays et put, en 1815, combattre encore pour sa défense. 

Comme lui, j'ai cru pouvoir changer un peu le cours de l'histoire, en vain...... 

Lannes.
Revenir en haut Aller en bas
Baron von Lützow
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 3742
Age : 48
Lancier de Picardie : Aisne - joueur Prusse ,Bavière, suède ,confédération du Rhin version 1813...du bon côté!!!Je dois rajouter Autriche et l'armée Anglo-Néerlandaise 1815.
Date d'inscription : 20/08/2011

MessageSujet: Re: Anecdotes   Lun 6 Aoû - 20:20

Ah la médecine de l'époque... et les braves aussi..

Merci Lannes pour cette belle lecture.

Revenir en haut Aller en bas
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 7 Aoû - 5:18

Effectivement à cette époque ils étaient durs au mal. Ce colonel devait pourtant souffrir atrocement. 
Merci Lannes pour ces anecdotes je regrette que le sujet s arrête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tinapo
Sergent Major
Sergent Major
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 14
Lancier de Picardie : 2017
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Anecdotes   Sam 11 Aoû - 12:55

5859lannes a écrit:
Les anecdotes, c'est comme les russes cela s'épuise, et cela m'épuise......
Une dernière pour clôturer le sujet...... Faute de combattant (enfin toujours les mêmes).....
Lannes.

Lannes pourquoi tu arrête tout les sujet des que personne dit bravo Lannes magnifique tu est le dieu du forum ou ne pose pas de question ?
C'est vraiment chiant heureusement que GM ,Moi et Baron ne fait pas pareil le sujet dictionnaire de l’armée il y a que TONTON qui réponds et des fois moi et Baron pareil pour le sujet vos généraux ou général préférer idem pour le sujet liste armée NPOW du club.

Tinapo.
Revenir en haut Aller en bas
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8945
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 19 Aoû - 9:04


Bon lannes une suivante d'accord .....
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
TONTON FLINGUEUR
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 2601
Age : 47
Lancier de Picardie : septembre 2015
Date d'inscription : 07/07/2015

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 19 Aoû - 9:27

J aimerais bien que notre ami Lannes , continue de nous distiller ses anecdotes croustillantes  Pense
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grand maréchal
Grand Maréchal
Grand Maréchal
avatar

Nombre de messages : 8945
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Dim 19 Aoû - 9:33

 

Je cherche grâce à lannes la petite histoire du capitaine Dobieski....

Pas sur que je vais trouver mais dans ma bibliothèque un espoir 
Revenir en haut Aller en bas
http://les-polonais-sous-l-empire.over-blog.com/
chosen1
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Nombre de messages : 7137
Age : 30
Lancier de Picardie : Oise
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 4 Sep - 8:40

5859lannes a écrit:
Une nouvelle anecdote ou de bons mots..... Il y en a plein en réserve....

Pendant la bataille de Krasnoie, le général Delaborde place le 1er régiment de voltigeurs de la Garde à l'extrémité de sa ligne de bataille avec l'ordre de tenir jusqu'au dernier homme. Formé en carré, il repousse tout le jour la cavalerie russe, et à chaque nouvelle charge, les cris de ''Vive l'Empereur'', dominant les feux de salve, prouvent sa résistance. Mais, les cris, de moins en moins nourris, cesseront le soir. À ce moment, un aide de camp arrive pour ramener le régiment. Il ne trouve plus qu'un vivant sur un monceau de morts, un lieutenant, le front ouvert d'un coup de sabre.''Où est le 1er voltigeurs ? '' demande l'aide de camp. Le lieutenant répond:'' Le 1er voltigeurs ? C'est moi.''



Planche de Patrice Courcelle

Lannes.
Combien tu penses d'hommes qui est tombé coté français?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lanciersdepicardie.com/
chosen1
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Nombre de messages : 7137
Age : 30
Lancier de Picardie : Oise
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 4 Sep - 8:44

5859lannes a écrit:
Une petite dernière pour ce soir....

Dominique Vivant Denon participa à l'expédition d'Egypte avant d'être nommé directeur du Louvre. C'est en effet lors de la campagne d'Égypte, entre 1798 et 1799, qu'il s'adonne, à cheval, à son passe-temps préféré : le croquis de voyage, le lavis à l'encre brune sur papier blanc ou bleu, le dessin au trait à la plume à la pierre noire ou à la sanguine sur papier calque ou sur papier légèrement orangé.
Il ne cesse de se consacrer à l'eau-forte, à la lithographie et au relevé archéologique.



Pendant la campagne d’Egypte - Denon sera en effet exposé au feu, et aura maintes fois l'occasion de montrer sinon du courage, du moins une certaine désinvolture face au danger, comme en témoigne cette anecdote rapportée par Pastouret :

"Denon aperçoit des ruines dont il veut absolument conserver un croquis. Il se fait mettre à terre, court dans la plaine, s'établit sur le sable et se met à dessiner en hâte. Il n'avait pas tout à fait terminé son ouvrage quand un petit sifflement sec, tranchant, résonne et passe entre son papier et son visage. C'était une balle. Il relève la tête, voit un Arabe qui venait de le manquer et qui rechargeait son arme ; il saisit son propre fusil, déposé par terre, envoie à l'Arabe une balle dans la poitrine, puis il replie son portefeuille et regagne la barque. Le soir, il montre son dessin. "Votre ligne d'horizon n'est pas droite", lui dit Desaix. "Ah répond-il, c'est la faute de cet Arabe, il a tiré trop tôt."

Napoléon soutiendra Vivant Denon qui sera nommé Directeur du Louvre. 

"Napoléon respecte Denon, et aussi pour son courage physique. Durant une bataille, exposé au feu, un boulet tombe, projette de la terre sur le papier de ce bizarre dessinateur à cheval ? "Tiens, j'étais sûr de vous trouver où il y avait du fracas", dit l'Empereur. Il lui donnera la Légion d'Honneur et le nommera Baron, à titre, militaire, également."


Napoléon Ier visitant l'escalier du Louvre" accompagné de Dominique vivant Denon

Lannes
Belle histoire et surtout bonne fin pour Dominique Vivant Denon
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lanciersdepicardie.com/
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 4 Sep - 21:01

Il est très difficile de répondre à ta question sur le 1er voltigeurs à Krasnoie....
Selon Gourgaud, le général Roguet ne put sauver du carnage que 50 hommes et 11 officiers, mais combien étaient-ils???
En fouillant un peu, on arrive à cela....
Au début de la campagne de 1812, le 1er voltigeurs du major Mallet comptait 824 hommes, dont 36 officiers.
On estime le nombre d'hommes restant au 1er voltigeur à 540 hommes avant la bataille de Krasnoie.
230 seront tués ou faits prisonniers à Krasnoie , 
140 disparaîtront encore jusqu'à la Bérézina
environ 140 seront laissés dans les hôpitaux de Moscou, Gublokoe et Smolensk ou dans les dépôts de Vilna, Vitebsk.....
Un rapide calcul : 230+140+140=510 
On retrouve ainsi nos fameux 60 rescapés de Gourgaud.....

Lannes.
Revenir en haut Aller en bas
5859lannes
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 60
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 4 Sep - 21:06

Donc légende ou pas sur les 30 ou 50 derniers survivants du 1er voltigeurs à Krasnoie...
On se rend compte que les effectifs ont fondu comme neige au soleil après le départ de Moscou .....
Le régiment a perdu environ 1/3 de son effectif lors de la 1ère partie de la campagne.... et les 2/3 restants lors de la retraite.....

Ca pique.....

Lannes.
Revenir en haut Aller en bas
chosen1
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Nombre de messages : 7137
Age : 30
Lancier de Picardie : Oise
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes   Mar 4 Sep - 21:47

Oui c’est bien vrai. Et pourtant il y avait une très belle armée qui été présent sur place
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lanciersdepicardie.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anecdotes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anecdotes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Anecdotes droles,et...moin droles ^^
» Souvenirs du passé - anecdotes familiales
» Anecdotes culinaires
» Anecdotes bizarres
» Le jeu des anecdotes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lanciers de Picardie :: Notre club :: Détente et discutions générales.-
Sauter vers: